L'histoire derrière la photo - Lac du Crozet

Lac du Crozet

Voici une de mes toutes premières photos de paysages. C’est l'une de mes balades favorites !

L'histoire derrière la photo : Réveil 4 heures du matin. Une heure de route. Je débute ma course (oui il y a des fous qui aiment courir à 5 heures du mat dans la montagne 😊). 40 minutes plus tard, sur le chemin se trouve un troupeau de brebis. Je n’ai d’autres choix que de le traverser pour passer de l'autre côté. Arrivé au beau milieu du troupeau, j’entends des aboiements. Je me stoppe net. J’ai la phobie des chiens. Non pas un, non pas deux, mais cinq énormes patous arrivent sur moi en aboyant violemment. Des aboiements de dissuasion, pour repousser l’intrus (moi donc !) loin du troupeau. Il ne faut pas être un génie pour le comprendre. Mais pour moi, impossible de bouger : les cinq chiens forment un cercle autour de moi. Bien que paralysé par la peur, je garde mon calme. J’ai les bâtons de marche à la main, les chiens sautent littéralement dessus. Leurs mâchoires sont très proches de mes mollets. J'ai le cœur qui bat la chamade. Je vois le berger qui est sorti de sa cabane, il me crie quelque chose, mais impossible d’entendre quoi que ce soit. Puis d’un coup les chiens me laissent tranquille, sauf un qui a bien décidé de m’accompagner de très près pour me surveiller jusqu'à ce que j'ai quitté le troupeau. Comme si j'avais eu l'intention de capturer une brebis pour mon petit-déjeuner...
L'altercation s'est passée en moins de deux minutes, mais ça m’a paru durer une éternité. Je quitte enfin les chiens, non sans me faire réprimander par le berger : il faut déposer les bâtons, et faire le contour du troupeau !

Bien que je sois à plus de 500 battements par minute, le souffle totalement coupé, je continue ma course. J’arrive rapidement au premier lac : le lac du Crozet. Le soleil se lève. Super timing. Mais le lac n’est pas du tout éclairé, je suis bien déçu. Je continue alors au lac suivant, le lac du Domènon. Je croise des personnes sortant du refuge de LaPra qui me demandent si j’ai dormi dedans. Ma réponse en disant que je viens du parking les étonne : il est à peine 6 heure. Je fais quelques photos, je me pose devant la splendide vue panoramique.

Je redescends quelques temps plus tard. Au niveau du lac, juste avant de le voir disparaître lors de la descente, je me retourne et là, je vois de magnifiques rayons de soleil perçant les nuages, qui éclairent la roche. La lumière est divine.